L’origine des registres d’individualité

Cet article passionnant écrit par Mme Michèle Carlin-Godier, paru dans le France-Antilles à l’occasion du Cent cinquantenaire de l’abolition de l’esclavage (hors-série – juin 1998), relate la période, juste après l’abolition de l’esclavage, où il fallait nommer les esclaves.

L’article nous présente entre autres certaines des méthodes surprenantes utilisées pour attribuer aux anciens esclaves un nom.

Cette Nouvelle Citoyenneté attribuée était marquée dans les registres d’individualité : Il s’agissait de leur attribuer une personnalité civique, un état civil, qui leur permettaient d’être reconnus comme personne et citoyen.

Madame Michèle Carlin-Godier historienne, professeur d’histoire géographie au lycée polyvalent de Trinité (en 1998), en Martinique. Elle a rédigé une thèse de doctorat de 3ème cycle sur « Le Lamentin étude d’une commune martiniquaise de 1848 à 1866 », TER Université de Bordeaux III, juin 1981.

Découvrez l’article complet.

Référence : Cent cinquantenaire de l’abolition de l’esclavage (France-Antilles, hors-série – juin 1998)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *