Bulletin 27

Bulletin 27, le Sommaire :

  • Le Carbet, quelques anecdotes…; page 2
  • Les registres d’individualité du Carbet; page 4
  • Quelques mots à propos de l’abbé Goux; page 12
  • Pierre Marie Pory Papy; page 13
  • La dissidence aux Antilles, bibliographie; page 17

Le Carbet, quelques anecdotes et points d’histoire

(extrait du bulletin 27)

Le Carbet! Nos générations ignorent son importance aux premiers temps de la colonisation. Jacques du Parquet y établit sa résidence vers1640, le Fort Royal étant jugé insalubre. En effet, sol léger, microclimat de la côte Caraïbe conditionnent sûrement la réputation carbétienne.
Le calme de la mer Caraïbe et l’absence de hauts fonds, cayes et barrières coralliennes ont facilité les mouillages des caravelles, caraques et autres vaisseaux de l’époque. N’oublions pas la salubrité de l’endroit. Trois siècles plus tard, elle justifiera, en partie, l’ouverture en 1951, d’un sanatorium sur les hauteurs.
Le secteur évolua rapidement. La terre vint à manquer. Des «fils de famille» partirent vers la Capesterre, surtout après l’éviction, disons … sauvage, des «Sauvages» en 1658. Par exemple, l’étude patronymique des premières familles de colons au Cul de sac François l’attesterait.
Carbet Amarhisfa
Comme ailleurs à la Martinique, le Carbet a connu des révoltes d’esclaves. Toutefois, celle de 1822, vingt-six ans avant 1848, retient notre attention. Et ceci pour trois raisons :
a) La soudaineté d’un évènement cependant longuement mûri
b) La porosité des groupes insurgés. Les menées seront éventées lors du passage à l’action des esclaves. Ceci à cause d’indiscrétions chez ces derniers, surtout de maison. Quelles en étaient les motivations? D’où la nécessité d’analyses fines de la société esclavagiste, voire de l’humain en général, surtout dans les moments extrêmes des crises. La férocité des châtiments resta entière. En outre, on note un zèle répressif à l’endroit des esclaves de la part des libres de couleur.
c) Enfin, la révolte de 1822 se différencie de l’affaire de la Grande Anse, le Lorrain, en 1833. A la Grande Anse, c’est une charge de petits propriétaires et artisans de couleur contre les «Grands Blancs». Il faut inclure des droits de passage, la frustration des gens de couleur face à ces «Blancs» menés par Désabaye qui, du reste, aura des enfants de …couleur avec une Marie-Séphora, «son esclave» … «probablement née vers 1787» (1). Les esclaves sont peu intéressés par cette affaire entre Blancs et gens de couleur. Ils restent méfiants et à l’écart. On les comprend aisément.
D’autres évènements émaillent l’histoire du Carbet.

Bulletin 27.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *